Informations supplémentaires

litterature illus

ISBN : 978-2-917897-06-5/ PARU LE 14 MAI 2012
118 p / 14 x 20cm / 13,50 €



C’est arrivé le 16 décembre 1999 ! Roland était assis dans le salon. Soudain il s’est mis à crier : « Dingue ! Dingue ! Dingue ! » Il venait de subir un accident vasculaire cérébral.
Avant cette date, Roland travaillait sur l’écriture d’un roman dont plusieurs chapitres étaient déjà terminés. Devenu aphasique et en dépit d’énormes difficultés, il décide de continuer ce projet, encouragé par son orthophoniste et Jean Metellus, son neurologue linguiste et poète Haïtien. Ainsi, chaque jour, il s’acharne à retrouver la maîtrise des mots, à les transformer en empruntant d’autres chemins labyrinthiques dans son cerveau qu’il triture sans ménagement, à les « réarmaturer » pour construire de nouvelles phrases aux sonorités et rythmiques étonnantes, jusqu’à inventer enfin un « pseudo langage ».
Préface de Jean Métellus


EXTRAIT :

«Chaque matin je fais des exercices d’échauffement
pour assouplir la mâchoire la langue les joues
je gonfle la bouche je claque la langue
je passe l’air d’une joue dans l’autre

je passe l’eau d’une joue dans l’autre
je me brosse vigoureusement les gencives
je tire la langue du côté droit du côté gauche
je passe la langue devant les dents de haut en bas
je fais des onomatopées je tente de siffler
je souffle j’inspire j’expire... je soupire
des a o a o i u i u a o i u i u i u i
des grimaces devant le miroir je suis narcissique
à l’heure des laudes j’entonne mes gammes matinales
c’est une cacophonie dans le cabinet de toilettes
« a é u i a a lé lu i a allé lu ia allé lu ia ... »
toutes mes cordes vocales se mettent à vibrer
je suis un instrument de musique discordant»


 



En dehors de son caractère de témoignage – plutôt rare venant d’une personne atteinte d’une aphasie de Broca – ce texte constitue une authentique réflexion sur la nature et l’origine même du langage, sur la structuration de la pensée par les mots, sur les circuits indispensables entre concepts et vocables. L’auteur nous montre ainsi comment il réapprend à écrire parfois au rythme des babillements de ses petits enfants et réaborde la complexité structurelle du langage tout en détournant les difficultés par la création et par la réappropriation des mots. Parallèlement à la leçon de vie, de courage et d’obstination que ce livre contient, il représente la preuve de la nécessité de cultiver sa propre langue, d’en élargir le champ, d’en comprendre et d’en utiliser les mécanismes. Il apparaît que ce livre pourrait non seulement être bénéfique aux lecteurs de tous horizons, mais également aux enseignants, aux collégiens et aux lycéens qui se demandent souvent pourquoi s’échiner sur des exercices de grammaire, de syntaxe et de vocabulaire.





Roland Pottier est né en 1940, il est marié et a 3 enfants. Il est issu d’une famille d’ébénistes menuisiers installée en Mayenne depuis plusieurs générations. Il étudiera la construction en ossature bois aux USA puis reviendra travailler sur des chantiers en France.
Il séjournera quelques années en Martinique d’où est originaire sa femme. En 1998, il commence à écrire son roman autobiographique et remplira quatre cahiers jusqu’au 16 décembre 1999 le jour de son AVC. Malgré son aphasie, il s’attardera à continuer sa quête littéraire.

 

rub presse

 

Nouvel Obs - Jérôme Garcin - 10 juin 2013

Victime d'un AVC, cet homme nous écrit de l'Aphasie, comme si c'était une lointaine Caraïbe, un «document capital» dans une langue nouvelle.  Lire la suite...


Matricule des anges - Janvier 2013

« Toute la sensualité de la Martinique transpire de la langue riche et précise qu'utilise Roland Pottier dans les vingt premières pages de ce qui aurait du être un roman comme les autres. Le récit s'interrompt soudain pour laisser place à deux pages au graphisme hélicoïdal dont le sens est révélé par un extrait du journal de Marica, la femme de l'auteur : alors qu'il écrivait son premier roman, Roland Pottier a été victime d'un AVC et, en sortant du coma, il ne pouvait plus que bredouiller de lamentables « euh »... Lire la suite...

 




| Extrait pdf Extrait sonore