Informations supplémentaires

litterature illus

ISBN : 978-2-917897-05-8 / Paru le 15 décembre 2011
110 p / 13 x 20cm / 12,90 €



Monsieur travaille, il se promène. Nous emmène, nous expose ses vues. Voilà qu’il s’adresse à une jeune femme, la séduit, l’accompagne jusqu’à l’horizon, parce que l’horizon est notre lit. Il nous raconte l’histoire de Clarisse, une jeune unijambiste qui, à chacun de ses anniversaires, lui envoie une sandale artisanale en cuir accompagnée d’un petit mot, ou de ce petit homme qui promène son sexe en laisse quelquefois aux abois quand une vieille dame veut le caresser...
Dans ce recueil, Monsieur nous propose, souvent avec humour, quelques pensées philosophiques et poétiques toutes plus étranges les unes que les autres, nous révélant ainsi quelques vérités subtilement imprévisibles.

 





Sami Sahli est né en 1963 à Rennes d’une mère bretonne et d’un père tunisien. Il vit aujourd’hui en Normandie où il travaille dans le monde enseignant. Ses deux premiers ouvrages (Gallimard, collection l’Arpenteur) rassemblent des poèmes en prose où domine un fond de mélancolie et de désespoir (suicide, sexe, alcool). Les enfants sont des cruches (Presque lune éditeur), succession de textes courts, inaugure un style moins sombre où se mêlent ironie et gravité.






« Le basculement dans l’étrange, le déroutant, ne marque pas tant un passage de l’autre côté du miroir que la radicalisation d’un voyage intérieur. Mieux se perdre dans ce qui nous fait défaut pour, qui sait, peut-être parfois mieux se retrouver. »
Frédéric Fioletti
LA MARCHE AUX PAGES

« Sami Sahli est un poète, hélas trop méconnu. Non seulement, Sami Sahli a une plume, mais il a un univers fascinant. »
Eric Bonnargent
L’AGNAGNOSTE

« Monsieur vit dans un état de précarité existentielle très dense et volatile qui le plonge très certainement dans une angoisse sans fond. »
Nathalie Goldgrab
LA RUELLE BLEUE

« Tout irait bien si Monsieur ne devenait pas, de temps à autre, ce qu’il n’est pas. Il lui arrive ainsi de se prendre pour une poule et de se laisser surprendre accroupi sur une chaise, battant des coudes et faisant cot, cot. »
Jacques Josse
REMUE.NET

TOUS

 

 


 

| Extrait pdf | Extrait sonore