Informations supplémentaires

auteurs illus

Auteurs

Femme cible 

karrie fransman

Après plusieurs belles années sur la scène comics underground, l’autobiographie de Karrie en bande dessinée "My World aise"  est publiée à l’arrière du G2 de The Guardian. Sa fiction graphique "The Night I Lost My Love" apparaît dans la section du Times Times2 .
C’est de son roman graphique, "The House That groaned" publié chez Square Peg de Random House que viendra la reconnaissance en tant qu’artiste dessinatrice, aussitôt salué par le réalisateur Nicolas Roeg et choisi comme roman graphique du mois dans The Observer.
Par ailleurs, elle écrit régulièrement des articles dessinés et des critiques pour la presse.
Karrie évoque de plus en plus régulièrement son travail d’artiste à l’Institut des arts contemporains, au Central Saint Martins, au London College of Communication, à l’Université de Birkbeck, au Leeds Art College, au British Council, ou au Sint-Lukas University of Art and Design en Belgique.
Elle organise des ateliers dans lesquels de jeunes dessinateurs créent des projets artistiques au prestigieux Londonprintstudio. Elle expérimente sur l’art sequential des comics, invente des applications comics pour tablettes numériques et crée notamment des boites à bijoux, des maisons de poupées, des sculptures de personnages de bandes dessinées…
Son oeuvre a été exposée en Russie, Belgique, Beyrouth et Londres.
Née à Édimbourg, Karrie vit aujourd’hui à Londres dans une maison pas si différente de celle de ce roman graphique.


En savoir plus
Le blog de l’auteur : http://www.karriefransman.com/



couverture-maison-500